Rencontres

 

 

Championne de France en salle et en plein air, médaillée d'argent aux championnats d'Europe espoirs, demi-finalistes aux Mondiaux d'Osaka avec, à la clef, un nouveau record personnel (1'59''46)… Elodie Guégan peut s'estimer satisfaite de sa saison 2007. La jeune spécialiste bretonne du double tour de piste a été l'une des grandes révélations françaises de cette année. Les élans étaient en stage avec Elodie à ETEL il y a 2 ans et nous l'avions également acceuilli à Bugeat.

Interview.
Elan Ussel: Quel a été ton emploi du temps depuis ton retour d'Osaka ?
E.G: A mon retour du Japon, j'ai transité par Paris et passé quelques jours en Bretagne, dans ma famille. Je suis ensuite revenue à Paris pour participer au DécaNation que j'ai remporté sur 800 m. Ce jour-là, à 17h00, j'étais encore sur la piste. A 17h30, j'étais dans un taxi pour l'aéroport. Je devais prendre un avion pour aller au meeting de Rieti, en Italie, mais je ne préfère pas parler de ma performance là-bas, car ça s'est plutôt mal passé ! J'étais fatiguée, épuisée. Avant de décider d'y aller, je m'étais dit " pourquoi ne pas essayer d'enchaîner deux compétitions ? ", mais, à un moment donné, c'est le corps qui reprend les rênes, qui décide.

Quel regard portes-tu aujourd'hui sur ta saison 2007 ?


Je suis plutôt satisfaite car j'ai le sentiment d'avoir atteint la plupart de mes objectifs. J'ai remporté les deux titres nationaux sur 800 m, en salle et en plein air. J'ai gagné une médaille d'argent aux championnats d'Europe espoirs. Ça, c'est un bon souvenir même si je suis passée à côté du titre européen pour quelques centièmes de seconde. Enfin, aux Mondiaux seniors d'Osaka, j'ai réussi à battre par deux fois mon record personnel pour passer sous la barre des 2 minutes. Bref, j'ai le sentiment d'avoir réalisé une saison pleine. Je m'étais préparée très sérieusement pour réaliser tous ces objectifs. Je suis heureuse d'y être parvenue.
Quelle compétition a constitué, à tes yeux, le pic de ta saison ?


Les championnats du monde d'Osaka, sans hésiter. Il y a encore trois ans, j'étais junior et, cet été, je me suis retrouvée en demi-finale des Mondiaux aux côtés de Maria Mutola, Hasna Benhassi et Janet Jepkosgei. Jusqu'alors, je ne voyais ces athlètes qu'à la télévision. Alors, forcément, j'étais un peu impressionnée. Mais, une fois sur la piste, je pense avoir réussi à faire abstraction de cette pression. Dès que la course est partie, je suis redescendue sur terre. Je ne me suis pas laissée envahir par l'émotion qui se dégageait de ce grand événement. J'ai aussi pris beaucoup de plaisir à côtoyer mes coéquipières et coéquipiers de l'équipe de France, même si l'ambiance était parfois un peu morose à cause des résultats…

Elodie et son premier entraîneur Philippe EVENO

Quel est ton programme pour ces prochains jours ?

Je vais prendre une grosse quinzaine de jours de repos pour couper et recharger les batteries. J'en ai vraiment besoin. Ensuite, je reprendrai l'entraînement début octobre. Musculation, PPG… la routine de la reprise.As-tu déjà en tête des objectifs très précis pour la saison 2008 ?
J'aimerais conserver mes deux titres nationaux, améliorer encore mon record personnel et me qualifier pour les Jeux de Pékin. Au fond de moi, je pense que tout dépendra de mes performances chronométriques. J'aimerais descendre sous les 1'59''50 pour ensuite tenter de grignoter encore des centièmes. Il y a quelque chose que j'ai appris à Osaka, c'est qu'on ne gagne pas des secondes comme ça ! Courir en 1'59'' demande énormément de sacrifices. Courir en 1'59'' provoque aussi d'autres sensations. A Osaka, en demi-finale, jusqu'aux 600 m, j'étais plutôt bien mais la dernière ligne droite, comment dire… aïe, aïe, aïe ! J'ai ressenti des trucs que je n'avais jamais connus. A posteriori, cette sensation de provoquer un dépassement de soi est assez agréable mais elle ne se décrète pas. C'est aussi pour ça que je cours, pour découvrir de nouvelles sensations.

Septembre 2007

 

Deux athlètes de haut niveau se sont rencontrés au stade municipal d'ussel le mardi 1° août au soir.
Dominique SIRIEIX, ancien champion de France junior, espoir et national de 3000 m steeple a accompagné pendant une séance d'entraînement Louise GHESQUIERE, récente championne de France de 3000 m et vice-championne de 2000 m steeple junior.

Au menu, échauffement d'une demie-heure suivi de sept fois 300 m steeple en moins d'une minute. La récupération était de 100 mètres au trot.

Pour Domi, c'était une reprise de contact avec la piste et les haies alors que Louise est en pleine saison athlétique avec au programme un match international en Tunisie les 5 et 6 août. Très décue de sa non sélection pour le championnat du monde junior à pékin (alors qu'elle a réalisé les minima), louise est motivée pour faire un chrono en Tunisie et ainsi montrer au DTN qu'il aurait du lui faire confiance.

Louise GHESQUIERE en Bref :

Née le 30 mars 1988 à SECLIN (Nord)
Licenciée à l'AS ANZIN, club de nos amis Bertrand ITSWEIRE et J.D. MARECHAL

Triple Championne de France de cross (cadette 2004, cadette 2005, junior 2006)
Championne de France de 3000 m piste 2006

Records personnels :
1500 m : 4'36''22 (cadette)
2000 m steeple : 6'46''14
3000 m steeple : 10'45''91
3000 m : 9'52''3

 

Des nouvelles de Louise:

20 Juillet 2007: Championnats d'Europe Juniors à Hengelo

Louise Ghesquière, 5è de sa série du 3000m steeple en 10’33’’07, nouveau record de France junior, qualifiée pour la finale:
« C’est vrai ? Je bats le record de France ? C’est un soulagement. C’est ce que je voulais. Ça, et être en finale. Je suis contente. Il faut que je récupère bien maintenant, car je n’ai jamais enchaîné deux steeples

 

Souvenir :

27/06/2013 : Alain Mimoun, champion olympique du marathon, s’est éteint à l’âge de 92 ans. C’est une légende de l’athlétisme et, bien plus largement, du sport tricolore, qui nous a quittés. La famille de l’athlétisme corrézien est en deuil. Nos jeunes élans avaient eu la chance de le rencontrer il y a quelques mois lors d'un tournage de film sur ses terres bugeacoises.